Les animaux

Quelle est l'évolution des espèces?

Vous avez sûrement tous entendu parler de la évolution. Et sûrement, quand vous entendez le mot «évolution», vous pensez à des choses comme «singes», «fossiles», «Darwin» ou même «pouce opposable». Mais savons-nous quoi exactement évolution?

L'évolution est un processus universel qui consiste en un changement progressif des êtres vivants et d'autres objets dans le monde naturel. En effet, l'évolution est un phénomène général qui affecte les animaux et les plantes, mais aussi les roches, les planètes, les étoiles et tout ce qui existe dans la Nature. Ainsi, on pourrait parler d'une évolution biologique, d'une évolution géologique et même d'une évolution astronomique.

Tous ces processus nécessitent normalement du temps, beaucoup de temps, et par conséquent, nous ne sommes normalement pas en mesure de les percevoir. Bien qu'il y ait quelques cas d'évolution "en temps réel", je vais en parler ci-dessous. Il existe même une discipline de biologie appelée Evolution expérimentale.

Il existe de nombreux exemples de évolution géologiquepar exemple, pensez aux pierres au fond des rivières (les rochers), qui ne sont à l’origine que des morceaux de roche qui sortent de la montagne et qui, entraînées par le courant, se heurtent et partent acquérant sa forme arrondie caractéristique. Un autre exemple est les montagnes et les montagnes. Ils se forment par déformation de la surface de la Terre à la suite de la collision de plaques tectoniques. Au début, ils grandissent et grandissent, jusqu’à ce qu’ils atteignent leur hauteur maximale, et à partir de là, l’érosion et le même mouvement des plaques les rendent arrondis sur leur sommet et diminuent en hauteur.

Le évolution biologique (ou évolution organique comme certains l'appellent) est ce à quoi vous pensez habituellement quand vous parlez d'évolution. C’est le processus par lequel la vie a pris son origine sur la Terre et qui a donné naissance à l’énorme diversité d’êtres vivants qui peuplent notre planète. La théorie de l'évolution, telle qu'elle est connue aujourd'hui, a été développée par Charles Darwin. Bien que certains scientifiques de son époque aient déjà accepté l'idée que les êtres vivants changent avec le temps et qu'il existe différents degrés de parenté entre les espèces. Cependant, il n'y avait pas de consensus clair sur les raisons pour lesquelles cela s'est produit. La plupart croyaient au dessein divin, c'est-à-dire que tout, y compris le processus d'évolution, suivait un plan établi par Dieu. Darwin Pendant des années, il a rassemblé une quantité énorme d’exemples et de données appuyant l’évolution, et sa principale contribution a été de proposer la sélection naturelle en tant que moteur du changement évolutif. C'est-à-dire que les espèces changent avec le temps car seuls les individus les plus aptes parviennent à laisser leur progéniture. Les caractéristiques qui rendent certaines personnes plus aptes que d’autres sont différentes selon l’environnement dans lequel elles se développent et, de ce fait, génération après génération, les espèces évoluent pour s’adapter à l’environnement. De nos jours, beaucoup de gens acceptent l'évolution par sélection naturelle, et même pour beaucoup, cela semble évident. Cependant, à l'époque de Darwin (19e siècle), cette théorie était une révolution totale contre la pensée religieuse dominante de l'époque, car en expliquant l'évolution à travers la sélection naturelle, l'intervention de Dieu n'était plus nécessaire. Pour beaucoup, cela impliquait d'accepter le libre arbitre de l'espèce, y compris les humains, et Darwin s'est opposé à sa théorie, même au sein de la communauté scientifique.

L’étude de l’évolution a été traditionnellement divisée en deux domaines principaux, la macroévolution et la microévolution. Le premier, le macroévolution, étudie les relations entre les espèces, les genres, les familles et d’autres groupes taxonomiques supérieurs, et s’appuie sur des disciplines telles que paléontologie, géologie, biogéographieetc. Au contraire, la microévolution étudie les changements évolutifs qui se produisent entre différentes populations d’une espèce ou entre espèces apparentées, et englobe des disciplines telles que la génétique des populations ou l’écologie. La principale différence entre les deux réside dans l’échelle de temps qu’ils couvrent. Ainsi, alors que la macroévolution étudie les changements évolutifs qui se produisent sur des millions d’années, la microévolution couvre généralement les changements mesurés en centaines ou milliers d’années.

Mais comment fonctionne l'évolution? Qu'est-ce que cela signifie que les espèces s'adaptent et changent avec le temps? Comme presque tout en biologie, la réponse est dans le ADN. Vous verrez que lorsqu'un mâle et une femelle de n'importe quelle espèce se reproduisent, la progéniture hérite des informations génétiques combinées de leurs parents. Et cette information génétique est contenue dans l'ADN. Mais cet ADN n’est pas exactement identique à celui de leurs parents, mais il contient de petites variations, appelées mutations. Si ces mutations ont un effet sur l'individu qui les porte (ce n'est pas toujours le cas), la sélection naturelle sera chargée de la sélectionner (indépendamment de la redondance) pour ou contre, en fonction de l'environnement et du type de mutation. Et cela peut amener la personne à se reproduire avec plus ou moins de succès, ce qui entraînera le maintien ou l'élimination de la mutation sélectionnée de la population.

Imaginez, par exemple, une population de mulots en Sibérie. Ces souris doivent constamment rechercher de la nourriture pour maintenir leur métabolisme élevé et, par conséquent, leur chaleur corporelle. Un bon jour, une souris est née avec une mutation qui lui donne plus de poils. Cette petite souris sera mieux protégée du froid et n'aura donc pas besoin de passer autant de temps que les autres à la recherche de nourriture. Ainsi, notre petit ami chanceux peut utiliser ce temps pour courtiser les souris, et leurs chances d'accoupler seront plus grandes que celles des autres mâles. Si elle se couple plus et laisse plus de descendants que les autres souris, il y aura plus de souris avec la mutation dans la génération à venir. Si le temps ne change pas, après des générations successives, toutes les souris de cette population auront la mutation qui les rend plus poilues. La population s'est adaptée.

Cet exemple peut sembler un peu ridicule, je l’admets. Qu'est-ce que vous voulez, ça m'est venu à l'esprit à la volée. En outre, ce n'est généralement pas si simple. La mutation avantageuse peut ne pas affecter directement la quantité de cheveux qui poussent sur la souris, mais peut affecter l'expression d'un gène (c'est-à-dire la quantité de protéine qu'elle produit), qui à son tour affecte l'expression d'un ou plus de gènes, ce qui en fin de compte fait plus de quantité je ne sais pas quelle protéine rend la souris du nez plus velue et moins froide. En fait, on pense aujourd'hui que la plupart des processus d'adaptation se déroulent de cette manière. C'est pourquoi il est si difficile de trouver des exemples clairs d'adaptation chez les populations contemporaines. Malgré cela, nous trouvons pas mal de cas documentés sur les pages de revues scientifiques spécialisées (par exemple Écologie moléculaire).

Répondre au wiki

C’est l’un des sujets scientifiques les moins bien compris aujourd’hui. L’une des raisons est que, lorsqu’il a été baptisé, le mot "Evolution" a été utilisé, ce qui signifie, dans son usage courant, "changer pour améliorer". C'était normal étant donné l'idéologie des premiers érudits qui l'ont observée (beaucoup plus tôt que Charles Darwin), mais c'est le mauvais mot.

L '"évolution" des espèces est autre chose. Un meilleur nom serait par exemple DIVERSIFICATION GÉNÉTIQUE PROGRESSIVE.

Le mot Evolution, en biologie, est utilisé pour désigner 3 choses différentes:

  • Il Fait que les espèces changent et se diversifient avec le temps.
  • L'explication prédictive de la raison pour laquelle ils le font. (Le La théorie commencé par Darwin)
  • Le Histoire évolutionnaire Le récit de la façon dont les populations d’êtres vivants se sont séparées, ont évolué et se sont à nouveau séparés pour donner naissance à toutes les espèces existantes, y compris nous.

J'explique le la théorie en peu de mots:

  1. Les êtres vivants se reproduisent. Ce faisant, ils transmettent leurs gènes à la génération suivante.
  2. Les combinaisons de gènes qui transmettent chaque individu> Quelques clarifications:

Cela n'a rien à voir avec "l'évolution" Pokemon, qui est plutôt "métamorphose magique".

L'évolution n'a pas de but. L’être humain n’est PAS "plus évolué", nous n’avons que l’une des combinaisons de gènes les plus réussies au monde (pour se reproduire et se développer).

Il est également faux que Charles Darwin l’ait inventé. Charles Bonnet - Wikipédia, l'encyclopédie libre

Ce que Darwin a fait, c'est proposer une théorie (de type scientifique, qui est une explication raisonnée, prédictive et éclairante, et non une hypothèse) fonctionnelle et complète qui explique pourquoi ça arrive.

Ce qui est utilisé aujourd'hui n'est PAS la théorie proposée par Darwin, mais une version améliorée, robuste> Science Magazine: Synthèse évolutive moderne

Sens du terme EVOLUTION

Avant d'entrer dans le sujet en tant que tel, nous devons examiner ce que le mot évolution signifie dans le terme exact. Nous définissons l'évolution comme un changement, que cela ne doit pas nécessairement être meilleur ou pire, cela signifie simplement qu'il y a un changement.

En fait, nous trouverons des développements favorables et défavorables au fil du temps. Bien que cela ait été déformé au fil du temps et que nous trouvions le mot évolution comme quelque chose de positif et d’involution pour quelque chose de négatif, il s’agit d’une synthèse très absurde.

Dans cette autre leçon d'un PROFESSEUR, nous découvrons les différences entre l'homme de Cromañón et le Néandertalien.

Le processus d'évolution chez différentes espèces

Nous continuons notre résumé sur l'évolution des espèces entrant pour décrire les différents points que Darwin et d’autres scientifiques décrivaient après les différentes études effectuées et que la géophysique elle-même a ultérieurement valués comme étant valables.

Une étude indique que s’il ya deux zones assez isolées ou isolées de la même espèce, chacune d’elles sera complètement différente de celle installée dans une autre région (même de la même espèce). Ceci a été réalisé dans différents endroits avec les mêmes conditions écologiques que l'Arctique et l'Antarctique.

Dans un deuxième moment un étude sur la grande diversité des espèces qui ont atteint nos jours en étudiant leurs organes, nous pouvons avoir une idée de la grande similitude entre les différentes espèces animales. Il n’est pas surprenant que beaucoup d’organes de porc, par exemple, ressemblent beaucoup à ceux de personnes, cela est tout à fait lié au mode de reproduction de chaque espèce et à la durée de gestation de chacune d’elles.

La science franchira une troisième étape dans le études d'anatomie qui ont été réalisées chez différentes espèces et qui ont abouti à une série de documents par lesquels sont retrouvés les vestiges de ce qui pourrait être des membres ou des organes qui ne sont pas utilisés aujourd'hui, mais dont il reste des restes, nous allons donc trouver l'os du pénis d'êtres humains ou les jambes de serpents, parmi de nombreux autres éléments.

En continuant avec le thème de l’étude des espèces, nous trouverons étude embryologique où il en résulte l'existence de un ancêtre commun.

Pour tout cela, nous pouvons dire que le évolution des espèces Il est donné à partir d'une série de paramètres que nous allons trouver dans l'environnement et qui, combinés à une série de mutations dans les gamètes (que nous mentionnerons plus tard), aboutiront à apparition de changements Dans les différentes espèces.

L'évolution de la terre

Comme nous le savons tous, notre planète a changé au fil du temps c’est-à-dire que les continents tels que nous les connaissons aujourd’hui ont une origine assez proche: la fragmentation de Pangea (un seul continent).

Il semble que c’était il ya 3800 millions d’années dans le Époque Eorcaic lorsque des éléments microbiens ont commencé à apparaître en raison du changement climatique (refroidissement de la terre). Ce ne sera pas avant 1500 millions d’années que nous trouverons le premier cellules eucaryotes, issue de l'évolution des précédents, nous découvrirons ensuite une série d'éléments multicellulaires tels que des algues, des éponges, des cyanobactéries, des champignons muqueux et des myxobactéries, entre autres ...

Théories de l'évolution

Nous continuons avec ce résumé de l’évolution de l’espèce parlant, à présent, des différentes théories apparues au cours de l’histoire au sujet de l’évolution. Voici les principaux:

Le XIXe siècle a été une époque assez influencée par la science et ses différentes théories. Nous y trouverons celui de Charles Darwin, qui a fait une étude des différentes espèces qu'il a trouvé tout au long de son voyage à bord du Beagle. Dans cette théorie, nous trouverons une série de points importants tels que:

  • Toute vie évolue d'une manière simple.
  • Les espèces évoluent en raison de l'environnement qui les entoure.
  • Cette évolution se produit lentement et progressivement.
  • L'extinction d'une espèce provient d'une incompatibilité avec l'environnement qui l'entoure.

Dans cette théorie, nous trouverons la célèbre citation de “Seuls les plus forts survivent”.

Au début du 20ème siècle on trouvera une nouvelle restructuration de la théorie qui venait de la main de George John Romane, où il a définitivement éliminé la théorie de Lamarck.

Scientifique caractérisé par la théorie évolutive de l'effort, c’est ici que nous allons donner l’exemple typique selon lequel des girafes connues qui, au départ, n’avaient pas un cou aussi large, s’étiraient en s’efforçant d’atteindre les sommets des arbres. De toute évidence, cette théorie n’a jamais eu beaucoup d’adhérents, car ainsi l’évolution de l’espèce aurait été beaucoup plus rapide dans le temps et se poursuivrait aujourd’hui.

Théorie de l'évolution moderne

C'est une synthèse où entre une grande partie de la théorie de Darwin, dans laquelle sont expliquées des explications mathématiques et biologiques des différentes espèces. Ceci explique qu'une partie de l'évolution est due aux processus de mutation qui se produisent pendant la reproduction sexuée, en raison des échecs des gamètes.

Si vous voulez lire plus d'articles similaires à Evolution des espèces - Résumé, nous vous recommandons d’entrer dans notre catégorie de biologie.

Qu'est-ce que l'évolution?

ARMES ET AILETTES Bien que la nageoire d'un dauphin soit très différente du bras d'un chimpanzé et que ses deux membres remplissent des fonctions différentes, leur anatomie de base est la même, preuve qu'ils proviennent d'un ancêtre commun datant de millions d'années.

C'est le processus par lequel les organismes changent au fil des générations. C'est un processus complexe, comme un ancêtre peut être issu de nombreux descendants différents, par exemple l'un des premiers oiseaux connus>

Charles Darwin

RÉGIME SPÉCIALISÉ
Au lieu de se nourrir d'herbe et de feuilles comme leurs plus proches parents, les iguanes marins des îles isolées des Galapagos plongent dans la mer pour manger des algues.

Charles Darwin (1809-1882) fut l'un des scientifiques les plus importants du XIXe siècle. Son oeuvre L'origine de l'espèce, publié en 1859, a fait sensation. Il y développe la théorie de l'évolution, que j'avais déjà publié avec Alfred Russel Wallace en 1858. Il a montré comment toutes les espèces existantes sont liées et comment leur répartition géographique reflète leurs relations. Il a expliqué la parenté des organismes fossiles avec les organismes actuels et que toutes les formes de vie sont liées dans un seul "arbre de la vie". Darwin a proposé le modèle d'évolution par sélection naturelle, ou "survie du plus apte", comme d'autres l'appelaient, sur la base de ses études d'écologie et de ses expériences en matière d'élevage.

Gènes et héritage

Darwin savait que l'évolution ne pourrait fonctionner que s'il y avait un héritage. Il ne connaissait pas la génétique moderne, mais tout au long du XXe siècle, il est devenu évident que le code génétique qu'il cherchait se trouvait dans les chromosomes du noyau de presque toutes les cellules du vivant. Chaque cellule humaine contient entre 20 000 et 25 000 gènes, chacun contenant des instructions codées pour des caractéristiques spécifiques. Ces codes se présentent principalement sous la forme de molécules d'ADN, chacune comprenant quatre bases chimiques disposées par paires. Chaque gène est codé dans une séquence spécifique de paires de bases.

Adaptabilité

La clé de l'évolution réside dans la variabilité des êtres vivants. Il suffit de regarder n'importe quel groupe de personnes: certaines sont brunes, certaines sont blondes, certaines sont grandes, d'autres sont petites. La variation normale des traits physiques au sein d'une même espèce peut être large. Les adaptations sont des caractéristiques d'organismes utiles pour une fonction particulière. De cette manière, les primates ont développé une vision binoculaire et un grand cerveau pour pouvoir fonctionner dans l'environnement de la jungle. De nombreux primates ont des bras longs et forts, des mains et des pieds dotés d'un pouce opposé pour saisir les branches et se déplacer entre les arbres. La queue préhensile de certains singes a la même fonction. Les adaptations changent constamment avec l'environnement qui habite chaque espèce. Si la température baisse, par exemple, les personnes ayant les cheveux plus longs auront un avantage sur celles ayant les cheveux courts et deviendront donc plus abondantes.

CHAMP VISUEL
Les yeux des primates sont tournés vers l'avenir et leurs champs visuels se chevauchent largement. La vision binoculaire leur permet de percevoir la distance avec précision, par exemple, en sautant d'un arbre à un autre. Les proies comme les cerfs ont des yeux sur les côtés de la tête, ce qui leur confère un champ visuel très large mais surtout monoculaire.

Qu'est-ce qu'une espèce?

VARIATION GEOGRAPHIQUE
Le tigre de Sibérie (à gauche) a un pelage plus épais que les quatre sous-espèces de tigres du sud, telles que Sumatra (ci-dessous), qui est la plus petite et la plus sombre, et pourrait même être une espèce différente.

Une espèce est une population d'organismes séparée qui ne se croise pas dans des conditions naturelles avec d'autres groupes. Ainsi considéré, il pourrait y avoir plus de 10 millions d'espèces vivantes aujourd'hui sur Terre. Environ 5000 proviennent de mammifères et 435 d’entre eux sont des primates. Cependant, chaque individu de la même espèce est différent et les génomes évoluent avec le temps. De combien un groupe devrait-il différer pour être considéré comme une espèce distincte? Les membres d'espèces différentes peuvent se croiser, s'ils ne se sont pas déplacés trop génétiquement. Certains ne le font que par intervention humaine: le mulet et le bourgeois, par exemple, résultent du croisement de jument et d'âne ou de cheval et d'âne, mais ils sont stériles. D'autres espèces se croisent naturellement avec succès, comme nous le savons aujourd'hui avec Homo sapiens et Neanderthals, ainsi qu'avec d'autres espèces humaines anciennes.

Classification

La classification, ou taxonomie, est la science qui identifie les êtres vivants et les ordonne en groupes en fonction de leurs relations évolutives. Les méthodes de classification actuelles tentent de trouver le ou les ancêtres communs à toutes les formes de vie sur Terre.

ANCESTRO COMMUN . Tous les groupes de ce cladogramme sont liés au premier vertébré, leur ancêtre commun, qui est apparu vers 540 m.a. Le schéma ramifié résulte d'une évolution divergente et forme un arbre généalogique.

Types de classification

Les premiers systèmes de classification regroupaient les êtres vivants selon leur similarité générale, et le botaniste suédois Carlos Linnaeus (1707-1778) ont conçu le système qui est encore utilisé aujourd'hui. Linnaeus a établi des catégories formelles basées sur des caractéristiques morphologiques communes (forme et structure), dans une hiérarchie d'inclusivité croissante, de l'espèce au royaume. Depuis le début du 20ème siècle, une classification basée sur les relations évolutives entre organismes était imposée. Cette approche phylogénétique organise les êtres vivants en groupes appelés clades, en fonction de leur morphologie et de leurs caractéristiques génétiques, et suppose qu'une caractéristique commune à un groupe d'organismes indique une relation évolutive plus étroite entre eux et un ancêtre commun plus récent. La phylogénétique (ou cladistique) a apporté de nombreux changements à la classification de nombreux organismes. Les oiseaux, par exemple, sont maintenant encadrés en tant que groupe au sein des dinosaures. Linnaeus a choisi le latin comme langue pour son système de classification. Aujourd'hui, la plupart des taxonomistes l'utilisent encore. Chaque espèce a un nom de composé latin unique, qui identifie le genre et l'espèce. Ainsi, par exemple, tous les humains, y compris les espèces fossiles, partagent le nom de genre Homo, mais seuls les humains actuels sont connus sous le nom d'Homo sapiens ("l'homme sage").

Le texte et les images de ce message sont un fragment de “Evolution. Histoire de l'humanité "

Actions de page

Concept:C'est l'ensemble des transformations ou changements au fil du temps qui a conduit à la diversité des formes de vie existant sur la terre à partir d'un ancêtre commun.

Evolution de l'espèce. L’hypothèse selon laquelle les espèces sont continuellement transformées a été postulée par de nombreux scientifiques des XVIIIe et XIXe siècles, que Charles Darwin a cités dans le premier chapitre de son livre L’origine des espèces. Cependant, ce fut Darwin lui-même, en 1859, qui synthétisa un ensemble cohérent d'observations qui consolida le concept d'évolution biologique en une véritable théorie scientifique.

Le mot évolution pour décrire les changements a été appliqué pour la première fois au XVIIIe siècle par le biologiste suisse Charles Bonnet dans son ouvrage Consideration sur les corps organisés. Cependant, plusieurs philosophes grecs avaient déjà formulé le concept selon lequel la vie sur terre serait issue d'un ancêtre commun.

L'évolution en tant que propriété inhérente aux êtres vivants ne fait plus l'objet de débats entre scientifiques. Les mécanismes qui expliquent la transformation et la diversification de l'espèce font toutefois l'objet de recherches approfondies. Deux naturalistes, Charles Darwin et Alfred Russell Wallace, proposèrent indépendamment, en 1858, que la sélection naturelle était le mécanisme de base responsable de l'origine de nouvelles variantes phénotypiques et, finalement, de nouvelles espèces.

Actuellement, la théorie de l'évolution combine les propositions de Darwin et Wallace avec les lois de Mendel et d'autres avancées ultérieures en génétique. C'est pourquoi on l'appelle synthèse moderne ou "théorie de synthèse". Selon cette théorie, l'évolution est définie comme un changement de la fréquence des allèles d'une population à travers les générations.

Ce changement peut être causé par différents mécanismes, tels que la sélection naturelle, la dérive génétique, la mutation et la migration ou le flux génétique. La théorie synthétique reçoit actuellement l'acceptation générale de la communauté scientifique, mais aussi quelques critiques. Il s'est enrichi depuis sa formulation, vers 1940, grâce aux progrès réalisés dans d'autres disciplines connexes, telles que la biologie moléculaire, la génétique du développement ou la paléontologie. En fait, les théories de l'évolution, c'est-à-dire les systèmes d'hypothèses basés sur des données empiriques prises sur des organismes vivants pour expliquer en détail les mécanismes du changement évolutif, continuent à être formulés.

Preuve du processus évolutif

Les évidences du processus évolutif sont l'ensemble des tests rassemblés par les scientifiques pour démontrer que l'évolution est un processus caractéristique de la matière vivante et que tous les organismes vivant sur Terre descendent d'un ancêtre commun. Les espèces actuelles sont un état dans le processus d'évolution et leur richesse relative est le produit d'une longue série d'événements de spéciation et d'extinction. L'existence d'un ancêtre commun peut être déduite de caractéristiques simples des organismes.

Premier, il existe des preuves de la biogéographie. L’étude des zones de répartition de l’espèce montre que plus les deux zones géographiques sont éloignées ou isolées, plus les espèces qui les occupent sont différentes, bien que les deux zones présentent des conditions écologiques similaires (telles que les régions arctique et antarctique ou la région méditerranéenne). et en Californie).

Deuxième, la diversité de la vie sur Terre ne se résout pas dans un ensemble d’organismes totalement uniques, mais ils partagent de nombreuses similitudes morphologiques. Ainsi, lorsque l'on compare les organes des différents êtres vivants, on retrouve des similitudes dans leur constitution qui indiquent la parenté existant entre les espèces. Ces similitudes et leur origine permettent de classer les organes en homologues s’ils ont la même origine embryonnaire et évolutive, et similaires, s’ils ont une origine embryonnaire et évolutive différente, mais une fonction identique.

Troisième, des études anatomiques permettent également de reconnaître dans de nombreux organismes la présence d’organes vestigiaux, réduits et sans fonction apparente, mais qui montrent clairement qu’ils proviennent d’organes fonctionnels présents chez d’autres espèces, tels que les os rudimentaires des membres postérieurs présents dans des serpents

L’embryologie, à travers des études comparatives des stades embryonnaires de différents types d’animaux, offre la quatrième ensemble de preuves du processus évolutif. Il a été constaté que, au cours de la première de ces étapes de développement, de nombreux organismes présentent des caractéristiques communes suggérant l’existence d’un schéma de développement partagé entre eux, ce qui démontre l’existence d’un ancêtre commun.

Le cinquième groupe de preuves provient du domaine de la systématique. Les organismes peuvent être classés en utilisant les similitudes mentionnées dans des groupes hiérarchiquement imbriqués, très similaires à un arbre généalogique.

Les espèces qui ont vécu dans des temps reculés ont laissé des traces de leur histoire évolutive. Les fossiles, ainsi que l'anatomie comparée des organismes actuels, constituent une preuve paléontologique du processus évolutif.

En comparant les anatomies des espèces modernes à celles déjà éteintes, les paléontologues peuvent déduire les lignages auxquels ils appartiennent. Cependant, l'approche paléontologique consistant à rechercher des preuves évolutives présente certaines limites. Le développement de la génétique moléculaire a révélé que l'enregistrement évolutif réside dans le génome de chaque organisme et qu'il est possible de dater le moment de la divergence de l'espèce par le biais de l'horloge moléculaire produite par les mutations. Par exemple, la comparaison entre les séquences d’ADN de l’homme et du chimpanzé a confirmé la similitude étroite entre les deux espèces et a mis en lumière le fait que leur ancêtre commun existait.

L'évolution de la vie sur Terre

Des études chimiques détaillées basées sur des isotopes de carbone provenant de roches de l'époque archaïque suggèrent que les premières formes de vie ont émergé sur Terre il y a probablement plus de 3 800 millions d'années, à l'époque Eoarcaic, et qu'il existe des preuves géochimiques claires telles que la réduction microbienne du sulfate en témoigner à l'ère paléoarchique, il y a 3470 millions d'années.

Les stromatolites (couches de roche produites par des communautés de micro-organismes plus anciens) sont connues par couches de 3450 millions d’années, tandis que les plus anciens microfossiles filiformes, morphologiquement similaires aux cyanobactéries, se trouvent dans des couches de silex de 3450 millions d’années, trouvées dans Australie

Le prochain changement de fond dans la structure cellulaire concerne les eucaryotes, qui proviennent de vieilles bactéries enveloppées, notamment de la structure d'ancêtres de cellules eucaryotes, formant une association coopérative appelée endosymbiose.

Les bactéries enveloppées et leur cellule hôte ont initié un processus de coévolution, au cours duquel la bactérie est à l'origine de la mitochondrie ou des hydrogénosomes. Un deuxième événement d'endosymbiose indépendant avec des organismes similaires aux cyanobactéries a conduit à la formation de chloroplastes dans les algues et les plantes. Les preuves biochimiques et paléontologiques indiquent que les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a environ 2000 à 1,5 milliard d'années, bien que les attributs clés de la physiologie eucaryote aient probablement évolué auparavant.

L'évolution des organismes multicellulaires s'est ensuite produite lors de multiples événements indépendants, chez des organismes aussi divers que les éponges, les algues brunes, les cyanobactéries, les champignons muqueux et les myxobactéries.

Théories scientifiques sur l'évolution

Selon Joseph Needham, le taoïsme nie explicitement la fixité des espèces biologiques et les philosophes taoïstes ont supposé qu'ils avaient développé des attributs différents en réponse à des environnements différents. En fait, le taoïsme désigne les êtres humains, la nature et le ciel comme existant dans un état de "transformation constante", par opposition à la vision plus statique de la nature typique de la pensée occidentale.

Darwinisme

Bien que l'idée de l'évolution biologique existe depuis l'Antiquité et dans différentes cultures, la théorie moderne n'a été établie qu'aux XVIIIe et XIXe siècles, avec l'apport de scientifiques tels que Christian Pander, Jean-Baptiste Lamarck et Charles Darwin. Au dix-huitième siècle, l'opposition entre le fijismo et le transformismo était ambiguë. Certains auteurs, par exemple, ont admis la transformation d'espèces limitées à des genres, mais nié la possibilité de passer d'un genre à un autre.

L'origine de l'espèce Charles Darwin est le fait que l'évolution a commencé à être largement acceptée. Wallace partage parfois le mérite de la théorie de l'évolution, également appelée théorie de Darwin-Wallace.

La liste des propositions de Darwin, extraite de L'origine de l'espèce, est présentée ci-dessous:

1. Les actes surnaturels du créateur sont incompatibles avec les faits empiriques de la nature.

2. Toda la vida evolucionó a partir de una o de pocas formas simples de organismos.

3. Las especies evolucionan a partir de variedades preexistentes por medio de la selección natural.

4. El nacimiento de una especie es gradual y de larga duración.

5. Los taxones superiores (géneros, familias, etc.) evolucionan a través de los mismos mecanismos que los responsables del origen de las especies.

6. Cuanto mayor es la similitud entre los taxones, más estrechamente relacionados se hallan entre sí y más corto es el tiempo de su divergencia desde el último ancestro común.

7. La extinción es principalmente el resultado de la competencia interespecífica.

8. El registro geológico es incompleto: la ausencia de formas de transición entre las especies y taxones de mayor rango se debe a las lagunas en el conocimiento actual.

Neodarwinismo

El Neodarwinismo es un término acuñado en 1895 por el naturalista y psicólogo inglés George John Romanes (1848-1894) en su obra Darwin and after Darwin, o sea, la ampliación de la teoría de Darwin enriqueció el concepto original de Darwin haciendo foco en el modo en que la variabilidad se genera y excluyendo la herencia lamarckiana como una explicación viable del mecanismo de herencia. Wallace, quien popularizó el término «darwinismo» para 1889, incorporó plenamente las nuevas conclusiones de Weismann y fue, por consiguiente, uno de los primeros proponentes del neodarwinismo.

Síntesis evolutiva moderna

La llamada «síntesis evolutiva moderna» es una robusta teoría que actualmente proporciona explicaciones y modelos matemáticos sobre los mecanismos generales de la evolución o los fenómenos evolutivos, como la adaptación o la especiación. Como cualquier teoría científica, sus hipótesis están sujetas a constante crítica y comprobación experimental. Theodosius Dobzhansky, uno de los fundadores de la síntesis moderna, definió la evolución del siguiente modo: «La evolución es un cambio en la composición genética de las poblaciones, el estudio de los mecanismos evolutivos corresponde a la genética poblacional.»

La variabilidad fenotípica y genética en las poblaciones de plantas y de animales se produce por recombinación genética —reorganización de segmentos de cromosomas, como resultado de la reproducción sexual y por las mutaciones que ocurren aleatoriamente.

La cantidad de variación genética que una población de organismos con reproducción sexual puede producir es enorme. Considérese la posibilidad de un solo individuo con un número «N» de genes, cada uno con sólo dos alelos.

La selección natural es la fuerza más importante que modela el curso de la evolución fenotípica. En ambientes cambiantes, la selección direccional es de especial importancia, porque produce un cambio en la media de la población hacia un fenotipo novel que se adapta mejor las condiciones ambientales alteradas. Además, en las poblaciones pequeñas, la deriva génica aleatoria, la pérdida de genes del pozo genético, puede ser significativa.

La especiación puede ser definida como «un paso en el proceso evolutivo (en el que) las formas. se hacen incapaces de hibridarse».Diversos mecanismos de aislamiento reproductivo han sido descubiertos y estudiados con profundidad. El aislamiento geográfico de la población fundadora se cree que es responsable del origen de las nuevas especies en las islas y otros hábitats aislados.

Las transiciones evolutivas en estas poblaciones suelen ser graduales, es decir, las nuevas especies evolucionan a partir de las variedades preexistentes por medio de procesos lentos y en cada etapa se mantiene su adaptación específica. La macroevolución, la evolución filogenética por encima del nivel de especie o la aparición de taxones superiores, es un proceso gradual, paso a paso, que no es más que la extrapolación de la microevolución, el origen de las razas, variedades y de las especies.

En la época de Darwin los científicos no conocían cómo se heredaban las características. Actualmente, el origen de la mayoría de las características hereditarias puede ser trazado hasta entidades persistentes llamadas genes, codificados en moléculas lineales de ácido desoxirribonucleico (ADN) del núcleo de las células. El ADN varía entre los miembros de una misma especie y también sufre cambios o mutaciones, o variaciones que se producen a través de procesos como la recombinación genética.

Darwin no conocía la fuente de las variaciones en los organismos individuales, pero observó que las mismas parecían ocurrir aleatoriamente. En trabajos posteriores se atribuyó la mayor parte de estas variaciones a la mutación. La mutación es un cambio permanente y transmisible en el material genético —usualmente el ADN o el ARN— de una célula, que puede ser producido por «errores de copia» en el material genético durante la división celular y por la exposición a radiación, químicos o la acción de virus. Las mutaciones aleatorias ocurren constantemente en el genoma de todos los organismos, creando nueva variabilidad genética.

La duplicación génica introduce en el genoma copias extras de un gen y, de ese modo, proporciona el material de base para que las nuevas copias inicien su propio camino evolutivo. Por ejemplo, en los seres humanos son necesarios cuatro genes para construir las estructuras necesarias para sensar la luz: tres para la visión de los colores y uno para la visión nocturna. Los cuatro genes han evolucionado a partir de un solo gen ancestral por duplicación y posterior divergencia.

Las mutaciones cromosómicas, también denominadas, aberraciones cromosómicas, son una fuente adicional de variabilidad hereditaria. Así, las translocaciones, inversiones, deleciones, translocaciones robertsonianas y duplicaciones, usualmente ocasionan variantes fenotípicas que se transmiten a la descendencia. Por ejemplo, dos cromosomas del género Homo se fusionaron para producir el cromosoma 2 de los seres humanos. Tal fusión cromosómica no ocurrió en los linajes de otros simios, los que han retenido ambos cromosomas separados.

Recombinación genética

La recombinación genética es el proceso mediante el cual la información genética se redistribuye por transposición de fragmentos de ADN entre dos cromosomas durante la meiosis, y más raramente en la mitosis. Los efectos son similares a los de las mutaciones, es decir, si los cambios no son deletéreos se transmiten a la descendencia y contribuyen a incrementar la diversidad dentro de cada especie.

En los organismos asexuales, los genes se heredan en conjunto, o ligados, ya que no se mezclan con los de otros organismos durante los ciclos de recombinación que usualmente se producen durante la reproducción sexual. En contraste, los descendientes de los organismos que se reproducen sexualmente contienen una mezcla aleatoria de los cromosomas de sus progenitores, la cual se produce durante la recombinación meiótica y la posterior fecundación.

La recombinación permite que aún los genes que se hallan juntos en el mismo cromosoma puedan heredarse independientemente. No obstante, la tasa de recombinación es baja, aproximadamente dos eventos por cromosoma y por generación.

El primero es la «selección direccional», que es un cambio en el valor medio de un rasgo a lo largo del tiempo, por ejemplo, cuando los organismos cada vez son más altos. En segundo lugar se halla la «selección disruptiva» que es la selección de los valores extremos de un determinado rasgo, lo que a menudo determina que los valores extremos sean más comunes y que la selección actúe en contra del valor medio.

Un tipo especial de selección natural es la selección sexual, que es la selección a favor de cualquier rasgo que aumente el éxito reproductivo haciendo aumentar el atractivo de un organismo ante parejas potenciales.

Adaptación

La adaptación es el proceso mediante el cual una población se adecua mejor a su hábitat y también el cambio en la estructura o en el funcionamiento de un organismo que lo hace más adecuado a su entorno. Este proceso tiene lugar durante muchas generaciones, se produce por selección natural, y es uno de los fenómenos básicos de la biología.

La importancia de una adaptación sólo puede entenderse en relación con el total de la biología de la especie, Julian Huxley. De hecho, un principio fundamental de la ecología es el denominado principio de exclusión competitiva: dos especies no pueden ocupar el mismo nicho en el mismo ambiente por un largo tiempo. En consecuencia, la selección natural tenderá a forzar a las especies a adaptarse a diferentes nichos ecológicos para reducir al mínimo la competencia entre ellas.

Síntesis moderna

En las últimas décadas se ha hecho evidente que los patrones y los mecanismos evolutivos son mucho más variados que los que fueran postulados por los pioneros de la Biología evolutiva (Darwin, Wallace o Weismann) y los arquitectos de la teoría sintética (Dobzhansky, Mayr y Huxley, entre otros).

Los nuevos conceptos e información en la biología molecular del desarrollo, la sistemática, la geología y el registro fósil de todos los grupos de organismos necesitan ser integrados en lo que se ha denominado «síntesis evolutiva ampliada». Los campos de estudio mencionados muestran que los fenómenos evolutivos no pueden ser comprendidos solamente a través de la extrapolación de los procesos observados a nivel de las poblaciones y especies modernas.

En el momento en que Darwin propuso su teoría de evolución, caracterizada por modificaciones pequeñas y sucesivas, el registro fósil disponible era todavía muy fragmentario. Los a fósiles previos al período Cámbrico eran totalmente desconocidos. Darwin también estaba preocupado por la ausencia aparente de formas intermedias o enlaces conectores en el registro fósil, lo cual desafiaba su visión gradualística de la especiación y de la evolución.

Causas ambientales de las extinciones masivas

Darwin no solo discutió el origen sino también la disminución y la desaparición de las especies. Como una causa importante de la extinción de poblaciones y especies propuso a la competencia interespecífica debida a recursos limitados: durante el tiempo evolutivo, las especies superiores surgirían para reemplazar a especies menos adaptadas.

Esta perspectiva ha cambiado en los últimos años con una mayor comprensión de las causas de las extinciones masivas, episodios de la historia de la tierra, donde las «reglas» de la selección natural y de la adaptación parecen haber sido abandonadas.

Esta nueva perspectiva fue presagiada por Mayr en su libro Animal species and evolution en el que señaló que la extinción debe ser considerada como uno de los fenómenos evolutivos más conspicuos. Mayr discutió las causas de los eventos de extinción y propuso que nuevas enfermedades (o nuevos invasores de un ecosistema) o los cambios en el ambiente biótico pueden ser los responsables. Además, escribió: «Las causas reales de la extinción de cualquier especie de fósil presumiblemente siempre seguirán siendo inciertas . Es cierto, sin embargo, que cualquier evento grave de extinción está siempre correlacionado con un trastorno ambiental importante» (Mayr, 1963). Esta hipótesis, no sustentada por hechos cuando fue propuesta, ha adquirido desde entonces un considerable apoyo.

La extinción biológica que se produjo en el Pérmico-Triásico hace unos 250 millones de años representa el más grave evento de extinción en los últimos 550 millones de años. Se estima que en este evento se extinguieron alrededor del 70% de las familias de vertebrados terrestres, muchas gimnospermas leñosas y más del 90% de las especies oceánicas. Se han propuesto varias causas para explicar este evento, las que incluyen el vulcanismo, el impacto de un asteroide o un cometa, la anoxia oceánica y el cambio ambiental. No obstante, es aparente en la actualidad que las gigantescas erupciones volcánicas, que tuvieron lugar durante un intervalo de tiempo de sólo unos pocos cientos de miles de años, fueron la causa principal de la catástrofe de la biosfera durante el Pérmico tardío.

El límite Cretácico-Terciario registra el segundo mayor evento de extinción masivo. Esta catástrofe mundial acabó con el 70% de todas las especies, entre las cuales los dinosaurios son el ejemplo más popularmente conocido. Los pequeños mamíferos sobrevivieron para heredar los nichos ecológicos vacantes, lo que permitió el ascenso y la radiación adaptativa de los linajes que en última instancia se convertirían en Homo sapiens. Los paleontólogos han propuesto numerosas hipótesis para explicar este evento, las más aceptadas en la actualidad son las del impacto de un asteroide y la de fenómenos de vulcanismo.

La selección sexual es, por lo tanto, menos rigurosa que la selección natural. Generalmente, los machos más vigorosos, aquellos que están mejor adaptados a los lugares que ocupan en la naturaleza, dejarán mayor progenie.

Pero en muchos casos la victoria no dependerá del vigor sino de las armas especiales exclusivas del sexo masculino[. ] Entre las aves, la pugna es habitualmente de carácter más pacífico. Todos los que se han ocupado del asunto creen que existe una profunda rivalidad entre los machos de muchas especies para atraer por medio del canto a las hembras.

Para Darwin, la selección sexual incluía fundamentalmente dos fenómenos: la preferencia de las hembras por ciertos machos, selección intersexual, femenina, o epigámica, y en las especies polígamas, las batallas de los machos por el harén más grande, selección intrasexual. En este último caso, el tamaño corporal grande y la musculatura proporcionan ventajas en el combate, mientras que en el primero, son otros rasgos masculinos, como el plumaje colorido y el complejo comportamiento de cortejo los que se seleccionan a favor para aumentar la atención de las hembras.

El estudio de la selección sexual sólo cobró impulso en la era postsíntesis. Se ha argumentado que Wallace (y no Darwin) propuso por primera vez que los machos con plumaje brillante demostraban de ese modo su buena salud y su alta calidad como parejas sexuales. De acuerdo con esta hipótesis de la «selección sexual de los buenos genes» la elección de pareja masculina por parte de las hembras ofrece una ventaja evolutiva. Esta perspectiva ha recibido apoyo empírico en las últimas décadas. Por ejemplo, se ha hallado una asociación, aunque pequeña, entre la supervivencia de la descendencia y los caracteres sexuales secundarios masculinos en un gran número de taxones, tales como aves, anfibios, peces e insectos).

Impactos de la teoría de la evolución

A medida que el darwinismo lograba una amplia aceptación en la década de 1870, se hicieron caricaturas de Charles Darwin con un cuerpo de simio o mono para simbolizar la evolución. En el siglo XIX, especialmente tras la publicación de El origen de las especies, la idea de que la vida había evolucionado fue un tema de intenso debate académico centrado en las implicaciones filosóficas, sociales y religiosas de la evolución.

El hecho de que los organismos evolucionan es indiscutible en la literatura científica, y la síntesis evolutiva moderna tiene una amplia aceptación entre los científicos. Sin embargo, la evolución sigue siendo un concepto controvertido por algunos grupos religiosos.

Mientras que muchas religiones y grupos religiosos han reconciliado sus creencias con la evolución por medio de diversos conceptos de evolución teísta, hay muchos creacionistas que creen que la evolución se contradice con el mito de creación de su religión. Como fuera reconocido por el propio Darwin, el aspecto más controvertido de la biología evolutiva son sus implicaciones respecto a los orígenes del hombre.

A medida que se ha ido desarrollando la comprensión de los fenómenos evolutivos, ciertas posturas y creencias bien arraigadas se han visto revisadas, vulneradas o por lo menos cuestionadas. La aparición de la teoría evolutiva marcó un hito, no solo en su campo de pertinencia, al explicar los procesos que originan la diversidad del mundo vivo, sino también más allá del ámbito de las ciencias biológicas. Naturalmente, este concepto biológico choca con las explicaciones tradicionalmente creacionistas y fijistas de algunas posturas religiosas y místicas y de hecho, aspectos como el de la descendencia de un ancestro común, aún suscitan reacciones en algunas personas.

El impacto más importante de la teoría evolutiva se da a nivel de la historia del pensamiento moderno y la relación de este con la sociedad. Este profundo impacto se debe, en definitiva, a la naturaleza no teleológica de los mecanismos evolutivos: la evolución no sigue un fin u objetivo. Las estructuras y especies no «aparecen» por necesidad ni por designio divino sino que a partir de la variedad de formas existentes solo las más adaptadas se conservan en el tiempo.

Evolución y religión

Antes de que la geología se convirtiera en una ciencia, a principios del siglo XIX, tanto las religiones occidentales como los científicos descontaban o condenaban de manera dogmática y casi unánime cualquier propuesta que implicara que la vida es el resultado de un proceso evolutivo.

Sin embargo, a medida que la evidencia geológica empezó a acumularse en todo el mundo, un grupo de científicos comenzó a cuestionar si una interpretación literal de la creación relatada en la Biblia judeo-cristiana podía reconciliarse con sus descubrimientos (y sus implicaciones).

A pesar de las abrumadoras evidencias que avalan la teoría de la evolución, algunos grupos interpretan en la Biblia que un ser divino creó directamente a los seres humanos, y a cada una de las otras especies, como especies separadas y acabadas. A partir de 1950 la Iglesia católica romana tomó una posición neutral con respecto a la evolución con la encíclica Humani generis del papa Pío XII. En ella se distingue entre el alma, tal como fue creada por Dios, y el cuerpo físico, cuyo desarrollo puede ser objeto de un estudio empírico.

No pocos ruegan con insistencia que la fe católica tenga muy en cuenta tales ciencias, y ello ciertamente es digno de alabanza, siempre que se trate de hechos realmente demostrados, pero es necesario andar con mucha cautela cuando más bien se trate sólo de hipótesis, que, aun apoyadas en la ciencia humana, rozan con la doctrina contenida en la Sagrada Escritura o en la tradición.

En 1996, Juan Pablo II afirmó que «la teoría de la evolución es más que una hipótesis» y recordó que «El Magisterio de la Iglesia está interesado directamente en la cuestión de la evolución, porque influye en la concepción del hombre».

El papa Benedicto XVI ha afirmado que «existen muchas pruebas científicas en favor de la evolución, que se presenta como una realidad que debemos ver y que enriquece nuestro conocimiento de la vida y del ser como tal. Pero la doctrina de la evolución no responde a todos los interrogantes y sobre todo no responde al gran interrogante filosófico: ¿de dónde viene todo esto y cómo todo toma un camino que desemboca finalmente en el hombre?».

Cuando la teoría de Darwin se publicó, las ideas de la evolución teísta se presentaron de modo de indicar que la evolución es una causa secundaria abierta a la investigación científica, al tiempo que mantenían la creencia en Dios como causa primera, con un rol no especificado en la orientación de la evolución y en la creación de los seres humanos.

ВїQuГ© es la teorГ­a de la evoluciГіn?

Le teorГ­a de la evoluciГіn es como se conoce a un corpus, es decir, un conjunto de conocimientos y evidencias cientГ­ficas que explican un fenГіmeno: la evoluciГіn biolГіgica. Cette explica que los seres vivos no aparecen de la nada y porque sГ­, sino que tienen un origen y que van cambiando poco a poco. En ocasiones, estos cambios provocan que de un mismo ser vivo, o ancestro, surjan otros dos distintos, dos especies. Estas dos especies son lo suficientemente distintas como para poder reconocerlas por separado y sin lugar a dudas. A los cambios paulatinos se les conoce como evoluciГіn, pues el ser vivo cambia hacia algo distinto.

La evoluciГіn estГЎ mediada por algo llamado generalmente "selecciГіn natural", aunque este tГ©rmino es muy vago. Un tГ©rmino mГЎs correcto es la presiГіn selectiva.

La teorГ­a de la evoluciГіn explica que los seres vivos no aparecen de la nada y porque sГ­ Con este nombre se entiende un factor que "presiona" estos cambios en una direcciГіn. Por ejemplo, la sequedad de un desierto presionarГЎ a todas las especies para tener una mayor resistencia a la deshidrataciГіn, mientras que los menos adaptados morirГЎn y se perderГЎn en la historia. Los cambios evolutivos, como ya podemos deducir, suelen ser adaptativos, grosso modo, lo que implica que adaptan a la especie segГєn la presiГіn selectiva que sufre (o la hace desaparecer para siempre). La teorГ­a de la evoluciГіn no es nada sencilla y ha ido creciendo enormemente durante la historia de la biologГ­a. Hoy dГ­a este corpus es tan grande que se estudian efectos y apartados concretos del mismo, y existen especialistas dedicado exclusivamente a comprender partes muy especГ­ficos de la teorГ­a.

ВїCuГЎndo apareciГі?

El origen de la teorГ­a de la evoluciГіn tiene una fecha concreta y es la publicaciГіn del libro "El Origen de las Especies", del propio Charles Darwin. Aunque en realidad la idea de evoluciГіn y varios conceptos relacionados pueden trazarse hasta tiempos muy anteriores, lo cierto es que la controvertida publicaciГіn de su libro provocГі una reacciГіn sin igual. A dГ­a de hoy, este texto, claramente asentГі las bases en torno al que giran los "axiomas" bГЎsicos de la biologГ­a. Y eso ocurriГі el 24 de noviembre de 1859. En Г©l, Darwin explicГі su hipГіtesis (demostrada ampliamente tiempo despuГ©s) de cГіmo las especies de seres vivos evolucionan y cГіmo la selecciГіn natural (y la presiГіn selectiva) empujan dicho cambio.

ВїDГіnde se creГі?

Aunque "El Origen de las Especies" se publicГі en Inglaterra, lo cierto es que la apariciГіn de la teorГ­a de la evoluciГіn se gestГі mucho antes. Los historiadores sitГєan este momento en los viajes de Darwin a bordo del "Beagle", un bergantГ­n britГЎnico explorador. En su segunda misiГіn se aГ±adiГі a la tripulaciГіn un joven Darwin, cuya educaciГіn e interГ©s por la geologГ­a y la naturaleza, asГ­ como algunas cuestiones familiares, le abrieron la puerta a su pasaje. Durante los viajes alrededor de todo el mundo (literalmente), que duraron cinco aГ±os, Darwin actГєo como naturalista (el concepto clГЎsico de biГіlogo) recogiendo todo tipo de informaciГіn para el imperio inglГ©s y la tripulaciГіn. AsГ­, durante la travesГ­a se topГі con varias islas y sus especies. Las modificaciones y caracterГ­sticas de estas, asГ­ como sus conocimientos geolГіgicos y la influencia de varios conocidos inculcaron en su mente la idea de evoluciГіn en los seres vivos. Especialmente llamativo es el caso de los pinzones de las Islas GalГЎpagos, muy llamativos en la literatura. No obstante, hicieron falta varias dГ©cadas para madurar la idea que, finalmente, y no sin muchos dilemas y alguna tragedia, dieron como resultado "El Origen de las Especies", el germen de la teorГ­a de la EvoluciГіn.

ВїQuiГ©n la propuso?

Bueno, es obvio, en este punto, que el padre de la teorГ­a de la evoluciГіn fue Charles Darwin. AsГ­ lo hemos podido comprobar hasta el momento. Pero la teorГ­a no solo se la debemos a Г©l y mucho menos el estado actual de la misma. SaltГЎndonos a algunos clГЎsicos, serГ­a imperdonable no nombrar a Alfred Russel Wallace, un naturalista y geГіgrafo, ademГЎs de explorador muy parecido en espГ­ritu a Darwin. Su posiciГіn mГЎs modesta que la de Charles, probablemente, lo puso algunos pasos por detrГЎs del padre de la teorГ­a de la evoluciГіn. Sin embargo, el propio Wallace llegГі a conclusiones similares a las de Darwin incluso antes que Г©l mismo. Fue una carta suya la que terminГі de cuajar las ideas en la cabeza del naturalista mГЎs famoso de la historia.

El propio Wallace llegГі a conclusiones similares a las de Darwin incluso antes que Г©l mismo

AsГ­, esta carta de Wallace fue determinante en su publicaciГіn. No obstante, eso no le resta mГ©rito alguno a Darwin. Por otro lado, tambiГ©n harГ­a falta nombrar a Lamarck, ya que Г©l propuso la primer teorГ­a de la EvoluciГіn que se conoce como tal. Aunque era errГіnea, lo que no ha evitado debates que siguen vivos, incluso, hoy dГ­a. MГЎs adelante otros grandes cientГ­ficos asentaron algunas bases necesarias: Georges Cuvier y Г‰tienne Geoffroy Saint-Hilaire discutieron ampliamente sobre el catastrofismo y el uniformismo, Mendel y, aГ±os despuГ©s, Fisher asentaron las bases genГ©ticas y estadГ­sticas indispensables para la teorГ­a, Avery, MacLeod y McCarty hallaron el ГЎcido desoxirribonucleico, y Francis Crick y James Watson, gracias al trabajo de Rosalind Franklin, descubrieron la estructura del ADN. Y estos son solo algunos de los nombres a los que podrГ­amos afirmar que le debemos la teorГ­a de la EvoluciГіn

Tal vez la respuesta mГЎs difГ­cil y a la vez mГЎs sencilla de responder. ВїPor quГ© apareciГі la teorГ­a de la evoluciГіn? Podemos buscar razones histГіricas, consecuencias: Darwin observando atentamente unos cuantos pГЎjaros en una isla remota o a Watson y Crick discutiendo pensativamente sobre una extraГ±a fotografГ­a en blanco y negro. Pero lo cierto es que la teorГ­a de la evoluciГіn aparece como consecuencia de la observaciГіn. Durante los siglos, los milenios, hemos visto que los seres vivos cambian. Es mГЎs, nosotros aprovechamos este hecho a nuestro favor. AsГ­ que era solo cuestiГіn de tiempo que alguien se planteara el cГіmo. Y tras siglos de observaciГіn y experimentaciГіn, la teorГ­a de la EvoluciГіn es lo que hemos obtenido. Pero todavГ­a no hemos acabado, ni estГЎ finalizada. Probablemente algunos aspectos nunca lleguemos a conocerlos del todo. Pero, en cualquier caso, la respuesta a la pregunta de por quГ© apareciГі la teorГ­a de la EvoluciГіn serГЎ siempre la misma: porque necesitamos saber de dГіnde venimos, y hacia dГіnde vamos.